Gateau Moka

Si vous êtes vrai amateur de pâtisseries aux saveurs caféinées, vous devez réaliser cette délicieuse recette de gâteau Moka!
Le Moka est un biscuit génoise imbibé de café infusé. Il est fourré de crème au beurre de café et masqué d’amandes grillées.

 

Préparation: 30 minutes

 

Ingrédients pour un gâteau moka de 8 personnes

Pour la génoise

8 œufs
250 g (1 tasse) de sucre
250 g (1 tasse) de farine
50 g (1 quart de tasse) de beurre fondu
1 pincée de sel fin
1 cuillère à dessert d’extrait de vanille

Pour la crème au beurre

200 g de beurre non salé
150 g de sucre
4 cl d’eau
4 jaunes d’œufs
1 cuillère à dessert de café infusé fort ou d’extrait de café

Pour le sirop parfumé

200 g de sucre en poudre
25cl (1 tasse) d’eau
1 cuillère à dessert de café infusé fort.

Pour la garniture:
50g d’amandes grillées
1 cuillère à dessert de poudre de cacao

Préparation de la recette

Préparez votre génoise pour 8 personnes.

Couper la génoise en 3 disques égaux.

Incorporez ensuite un peu de sirop sur chacune des faces

Préparez la crème au beurre en mélangeant le beurre fondu, le sucre, l’eau, les jaunes d’œufs et le café.

Répartissez la crème au beurre de café à l’intérieur du gâteau sur tous les disques.

Étaler délicatement le restant en fine couche sur l’extérieur de la génoise.

Coller les amandes légèrement grillées au four.
Saupoudrer de cacao et ajouter au milieu un petit grain de café (si vous en avez) pour la présentation.

Mettre votre gâteau Moka au réfrigérateur avant de servir.

 

Vous également pouvez servir cette pâtisserie avec un bon mocaccino, cette boisson chaude typiquement italienne!

 

Un peu d’histoire

Le gâteau moka est un dessert traditionnel constitué d’un biscuit de génoise fourré de crème au café.
A l’origine, son nom vient du port yéménite de Moka, ou Mocha. C’est le port africain d’où partaient il y a plusieurs siècles les cargaisons de café en direction de l’Europe.

Port de Moka au Yémen

Ce gâteau a été inventé au XIXe siècle en 1857 par Guignard, le fameux pâtissier de la rue de Buci à Paris.
Sa pâtisserie était fréquentée à l’époque par les aristocrates et les grands bourgeois du Second Empire. Guignard le proposait en pièce montée. Il dessinait sur le dessus des motifs baroques.

De nos jours, il rappelle à chacun des souvenirs d’enfance et les gâteaux de mamie. Sa présentation s’est simplifiée mais son gout est toujours très apprécié des connaisseurs.